Image-Header

Quelques tags au hasard...
futur univers espace soleil terre pêche industrielle intermarché écologie politique hadopi streaming aurélie filipetti téléchargement lescure pirate
Quelques liens...
Seriebox
Star Wars Génération 1
9gag
Reflets.info
PC Impact
Gamekult
Owni
Livraddict
ScreenBreak
Connexion...
Login :
Mot de passe :

Pas de compte ? - Mot de passe oublié ?

No Man's Sky

News postée le 01-09-2016
Tags reliés à cette news : playstation 4, jeux vidéo,
Dans la catégorie jeux-video

No Man-s SkyNo Man's Sky

Après quelques heures passées à barouder dans l'espace (The Final Frontier, Spock si tu lis ces lignes c'est pour toi) et sur quelques planètes... J'en parviens dores et déjà à la conclusion que No Man's Sky est un pétard mouillé. Explications.

Techniquement déjà, le soft est très loin des standards du moment. Certes l'aspect procédural permet d'arpenter tout un système stellaire (heu ouais... 3 ou 4 planètes en fait) sans temps de chargement, mais c'est au prix de décors vides, de clipping atroce (j'ai eu droit au coup du rocher qui pop à 1 mètre devant mon vaisseau), et d'effets visuels peu convaincants. Et je ne parle même pas des bugs de collision qui sont légion ! Franchement voir son vaisseau à moitié dans les rochers ça donne une grosse impression de jeu non terminé. Idem pour les gros blocs d'éléments que l'on détruit en commençant par leur base mais dont le haut continue de flotter dans l'air. Enfin "flotter" est un grand mot, si encore il y avait un flottement ça serait joli à voir. Là non, c'est juste que le moteur physique ne gère par la gravité pour tous les objets du jeu.

Bref, j'ai vu tourner des titres bien plus jolis sur PS3. Cela dit, la version PC a l'air d'être vraiment plus belle.

Le gameplay qui faisait le point fort de l'offre se révèle quant à lui d'un chiant rarement égalé : TOUT ce que l'on fait dans le jeu requiert de l'énergie. Ok, pourquoi pas... mais quand le carburant est consommé aussi vite, et qu'il faut toutes les 5 minutes (et encore je suis gentil) recharger son pack de survie, puis son laser à miner, puis son vaisseau qui bouffe UN QUART de son réservoir A CHAQUE DÉCOLLAGE !! Non, franchement au bout d'un moment, ça soûle.

Pour autant, l'aspect exploration est quant à lui très plaisant... sur les deux premières planètes. Je l'avoue, au début de l'aventure, le fait d'arpenter un monde multicolore et original où TOUT est à découvrir et analyser est vraiment excellent. On découvre que l'on peut crafter de l'équipement à l'aide de ressources glanées avant de se rendre compte qu'on en a rien à secouer de la plupart des améliorations, qui de toute façon consomment de l'énergie, et utilisent un slot dans l'inventaire déjà très très très TRÈS limité niveau place.
Arrive la réparation du vaisseau spatial où l'on se dit qu'enfin on va être libre et jouer les Marco Polo stellaires... l'effet est saisissant mais ne dure que le temps de se poser sur la 2nde planète, d'un morne à faire vomir la famille Adams.

Et c'est là qu'on se rend compte que toute l'aventure sera sous le même signe : récolter des ressources pour continuer son voyage vers le centre de l'Univers. Ce faisant on rencontrera des aliens dont il faudra apprendre le langage via différents terminaux, mais toutes les races, si elles sont physiquement différentes, réagissent de la même manière (à savoir qu'elles vous attendent dans les préfabriqués quasiment tous identiques avec une tablette à la main), tous les bâtiments se ressemblent, les points de sauvegardes qui permettent de valider la découverte d'un campement se trouvent toujours à l'autre bout de l'entrée du campement (ce qui fait perdre du temps à crapahuter).

On a certes droit à quelques gunfight avec des... robots sondes appelés sentinelles, qui viendront vous emmerder gratuitement ou bien si vous défoncez la porte d'une base (obligatoire si l'on veut s'accaparer les schémas de fabrication des pièces indispensables au vaisseau), mais qui vous oublieront si vous vous éloignez un peu. Les combats spatiaux sont quant à eux aussi divertissants qu'une soirée sur France 3 (putain quand je pense à Colony Wars sur PS1, je pleure...).

Mais il faut continuer l'aventure et avec la technologie hyperdrive, on peut enfin quitter ce pauvre système stellaire et aller voir ailleurs, à plusieurs années lumières... Où tout est sensiblement identique à la planète précédente : des rochers à perte de vue, quelques bases occupées par un seul et unique alien, et des ressources à récolter pour se barrer d'ici.

Si l'idée de base de No Man's Sky est excellente, il lui manque tout de même ce qui ferait de ce jeu un titre où l'on ne s'ennuie pas au bout de quelques heures :

- Recharger sans cesse son équipement est une erreur : il aurait fallu que cet aspect ne vienne pas polluer la partie toutes les 5 minutes. On est pas dans Lost Planet, ici c'est chiant !

- Obliger à arpenter les planètes soit à pied (et du coup perdre des heures) ou bien à bord de son vaisseau (et du coup passer à côté de la plupart des trucs) est une autre erreur : proposer un véhicule terrestre aurait été super pratique.

- Être désespérément seul où que l'on aille tend à poser un rythme et une ambiance pesants. Avec un vrai scénario et des PNJ expressifs on aurait une narration bien plus prenante.

- Peu d'interactions avec le monde qui nous entoure rend les explorations ennuyeuses : il faudrait pouvoir construire des bâtiments, établir des relations pérennes avec des marchands ou des pirates, bref insérer des éléments de gestion pour varier un peu l'expérience.

Bref, pour moi, No Man's Sky ne tient pas ses promesses et des titres comme Elite Dangerous ou Everspace vont très vite faire la différence. Cela étant dit, le moteur de jeu est à garder et à réutiliser car l'idée est tout bonnement excellente. Mais à améliorer !

Allez, je recharge mon tas de boulons spatial et je file vers une autre planète.

Quelques jours plus tard...

Bon allez. Il est temps de remiser tout ça et de passer à autre chose.

Il est très rare que j'abandonne un jeu vidéo, d'autant plus quand je l'ai acheté le jour de sa sortie plein pot (fait encore plus rare !), mais à force de tourner en rond sans jamais entrevoir la fin de l'aventure ni où elle veut me mener, j'en suis réduit à devoir faire ses adieux à No Man's Sky.

Pourtant, au delà des critiques que j'ai déjà pu lui soumettre, le titre m'aura offert quelques moments véritablement marquants, comme cette fameuse fois où je me suis perdu dans une grotte sous-marine, à devoir sans cesse recharger mon extracteur d'O2 dans des cavernes certes jolies mais diablement angoissantes et anxiogènes. Trouver une sortie après avoir déambulé 45 minutes dans un dédale immense, et arriver à flanc de canyon avec une vue imprenable sur la vallée s'étendant à mes pieds... un véritable sentiment de libération m'a envahi, et c'est ça, à mon avis la véritable expérience du jeu d'Hello Games.

Tel un zoologiste, observer des troupeaux de créatures étranges gambader dans la pampa, c'est ça aussi la force d'un tel jeu. Puisque le côté spatial est complètement raté car ennuyeux et rébarbatif, puisqu'il n'y a pas (ou très peu) d'interactions avec les PNJ, puisque la gestion de l'inventaire est tout sauf intuitive et pratique, il a bien fallu se rattraper à d'autres aspects du soft.

Mais après 5 ou 6 trous noirs et un vaisseau à chaque fois endommagé, des embuscades de pirates impossibles à combattre, et pas du tout d'évolution dans le gameplay, mon intérêt s'évanouit complètement et il est temps d'appuyer une dernière fois sur le bouton de l'hyperdrive pour m'en aller vers d'autres cieux.

________________
Par Benben


Il y a 0 commentaires...


Poster un commentaire...

Recopiez le code suivant :
image-cryptoimage-crypto
Votre pseudo :
Votre commentaire :