Image-Header

Quelques tags au hasard...
the hateful eight quentin tarantino star wars film lucas george lucas geek cinema cinéma star wars rise of the tomb raider lara croft playstation jeux-video
Quelques liens...
Seriebox
Star Wars News Net
Reddit
Reflets.info
PC Impact
Gamekult
Owni
Livraddict
Le Mag MO5
Game Next Door
Connexion...
Login :
Mot de passe :

Pas de compte ? - Mot de passe oublié ?

Until Dawn

News postée le 30-07-2020
Tags reliés à cette news : until dawn, jeux-video, supermassive games,
Dans la catégorie jeux-video

Une nuit en Enfer

Voguant sur la vague des jeux/films interactifs, Until Dawn arrive après les Telltales qui ont poussé le genre vers ses plus belles heures. Difficile donc de parler ici d'originalité sur la forme, mais reste le fond qui de son côté offre quelques petites subtilités intéressantes.

Évoquons tout d'abord l'aspect visuel du titre, argument de vente lors de la promo. Soyons honnêtes : ça reste plutôt joli même si tous les décors donnent dans les tons sombres, ce qui sert très bien l'ambiance, mais permet également de mettre le paquet sur les effets visuels (lumières, fumées, particules, etc...). Les personnages sont très bien modélisés, on notera le soin apporté aux animations faciales qui peuvent toutefois s'avérer exagérées. A défaut de servir le gameplay comme dans un LA Noire par exemple, elles ne servent ici qu'à rappeler au joueur qu'il est avant tout dans un film avec de vrais acteurs, sur lequel il a un peu de contrôle.
La motion capture est excellente et le jeu des acteurs tout à fait digne d'une production de ce genre.

La musique est une vraie réussite : s'inspirant des classiques du genre, elle fait son office sans problèmes. A défaut de marquer vraiment, disons qu'elle participe à peaufiner l'ambiance du tout.

Parlons maintenant du scénario, ou plutôt DES scénarios et de la manière dont le joueur interagit avec eux.


[spoiler, passez la souris sur le texte pour le révéler]
Les scénaristes parviennent assez habilement à nous entrainer sur une fausse piste même si les rouages de la machination de Josh se devinent plutôt facilement. Pour moi il était évident qu'il était derrière les premiers éléments étranges post-prologue. L'imbrication des Wendigos apporte un réel intérêt à l'histoire.
[/spoiler]


Bon par contre, les scare-jump c'était marrant dans les films des années 80, aujourd'hui c'est chiant tellement c'est téléphoné. Aucun sursaut à mon actif sur les 12h de jeu. Juste une succession de "Meh..." à force de ne plus y croire.
Au niveau du gameplay, disons qu'il est inexistant. On se cantonnera à diriger des personnages rigides dans les environnements-couloirs et à appuyer sur X à côté des points lumineux à l'écran, quand le symbole apparaitra. C'est d'ailleurs très dommageable car l'exploration s'en trouve dès lors complètement inutile. S'ensuivent quelques phases de QTE qui donnent du rythme.
Seul point positif : ici la mort ne pardonne pas. Un personnage qui succombe disparait pour de bon. Cela étant dit je ne peux pas trop en juger l'impact, mes 8 protagonistes s'en étant tiré et n'ayant pas l'intention de faire un second run.
Proposer un jeu où l'effet papillon est l'un des moteurs principaux est une très bonne idée, mais gare aux incohérences que cela amène alors. Surtout qu'ici, je les ai trouvé si nombreuses qu'elles nuisent à l'immersion.

En résumé, c'est un titre à faire pour qui apprécie les films interactifs, et les films d'horreur par extension. On y retrouve les codes du genre, mais presque rien d'original. Demeure une bonne ambiance, certains dialogues et situations intéressants. Un jeu pop-corn !

________________
Par Benben


Il y a 0 commentaires...


Poster un commentaire...

Recopiez le code suivant :
image-cryptoimage-crypto
Votre pseudo :
Votre commentaire :