Image-Header

Quelques tags au hasard...
pêche industrielle intermarché écologie politique the witcher wild hunt cd projekt geralt gta v gta gta 5 jeux vidéos jeux video teaser geek jeux-video playstation playstation 3
Quelques liens...
Seriebox
Star Wars Génération 1
9gag
Reflets.info
PC Impact
Gamekult
Owni
Livraddict
ScreenBreak
Connexion...
Login :
Mot de passe :

Pas de compte ? - Mot de passe oublié ?

La Planète de Singes

News postée le 27-02-2012
Tags reliés à cette news : planète, singes, la planète des singes, la planète, planete, film, films, geek, cinéma, cinema, critique,
Dans la catégorie cinema

La Planète des singesSaga La Planète des Singes

Une nouvelle étape de mon parcours cinématographique vient de se terminer avec le visionnage complet de la saga "La Planète des Singes", une série de 5 films dont la réalisation s'étale de 1968 à 1975. Inspirée du roman éponyme de Pierre Boulle (que je n'ai toujours pas lu, je le confesse, honte à moi !), cette fresque de science-fiction évoque un monde dans lequel les Singes ont pris le pas sur l'Humain.

La Planète des Singes (Planet of the Apes - 1968)

Le scénario (SPOILERS) : Un engin spatial, parti de la planète Terre en 1972, parcours l'espace à la vitesse de la lumière alors que ses passagers sont en phase de sommeil cryogénique. A la suite d'un incident, le vaisseau s'abîme dans une mer, sur une planète inconnue. Le capitaine Taylor parvient avant d'évacuer le vaisseau, à lire le compteur temporel qui indique l'année 3978. Avec ses deux compagnons ayant survécu au crash, Taylor part à l'exploration du monde duquel ils sont désormais les prisonniers. Ils vont découvrir une colonie d'Humains à première vue sauvages, pris en chasse par... des singes montés à cheval, armés de fusils, et capables de parler. Faits prisonniers, les 3 astronautes sont séparés. Taylor ayant été blessé à la gorge, il ne peut s'exprimer et est enfermé comme du bétail dans un chenil. Il parvient toutefois à attirer l'attention de Zira, une chimpanzée psychologue, qui remarque le comportement atypique du nouveau venu. Parvenant à s'évader, Taylor est vite rattrapé, et dans un moment de colère, il lance un magistral "Take your stinking paws off me, you damned dirty ape!" ("Enlevez vos sales pattes, sales singes !"), révélant en public la chose hors du commun. Taylor essaie alors d'expliquer d'où il vient, et voudrait prouver sa bonne foi en retrouvant ses compagnons. Hélas, l'un d'eux a été tué lors de sa capture, et l'autre a servi de cobaye pour une expérience sur le cerveau humain et est désormais lobotomisé. Jugé trop dangereux par la communauté Simiesque, Taylor est condamné à subir à son tour une lobotomie, mais Zira, aidée de son mari Cornélius et du jeune Lucius, parvient à s'évader à nouveau, accompagné d'une sauvage que Taylor a décidé de nommer Nova. Le groupe se dirige vers la "zone interdite", où Taylor espère trouver refuge. Là, ils tombent sur un site de fouilles archéologiques que Cornélius a mené il y a quelques temps. Ils y découvrent les traces d'une ancienne civilisation, qui contruisait entre-autres des poupées pour enfants, parlantes. Taylor décide alors de poursuivre son voyage seul avec Nova pour éviter plus d'ennuis à ses compagnons singes. Suivant le rivage de la mer, il finit par arriver devant les vestiges de la Statue de la Liberté, et comprend qu'il se trouve en fait sur la planète Terre, longtemps après que les Humains aient finalement fait sauter leurs bombes atomiques.

Mon avis : un grand classique du cinéma de science-fiction, avec un Charlton Heston des grands jours. La solitude des grands espaces du début du film fait place à un sentiment d'angoisse et de mal-être quand Taylor est fait prisonnier et traîté comme du bétail (mais on fait bien pareil aux singes chez nous de toute façon... une manière de sensibiliser le spectateur ?), puis à l'incompréhension au moment du jugement aveugle des sages Orangs-Outangs. Le film se paye même le luxe de se terminer sur une note des plus sombres avec la découverte de la Statue de la Liberté. Une ambiance plutôt bad-trip donc, mais diablement bien orchestrée. Les masques des singes sont tout simplement exceptionnels, surtout pour l'époque. Les décors sont originaux et jolis, inspirés par ce que l'on peut voir dans les petits villages Africains pour ce qui est de l'architecture Simiesque. Pour un film qui a plus de 40 ans, réussir la prouesse de rester jeune et pas du tout kitsh est un gage de qualité indéniable.

Le Secret de la Planète des Singes

Le Secret de la Planète des Singes (Beneath the Planet of the Apes - 1970)

Le scénario (SPOILERS) : Peu après avoir perdu le contact avec le vaisseau de Taylor, la NASA envoie une équipe de secours pour tenter de retrouver l'équipage porté disparu. A son bord, le capitaine Maddox et le lieutenant Brent. Suivant le même chemin que ses prédécesseurs, le vaisseau finit par s'abîmer sur une planète inconnue. Le capitaine, grièvement blessé pendant le crash, finit par succomber. Alors que Brent se demande quoi faire, seul au beau milieu d'un désert sur une planète dont il ne connait rien, il tombe sur Nova, qui porte autour du cou les plaques d'identification militaires de Taylor. Nova étant toujours muette, Brent essaie tant bien que mal de comprendre ce qui est arrivé à son collègue mais n'y parvient pas. Un flashback nous montre alors Taylor, parcourant la zone interdite avec Nova. Il décide à un moment donné de partir en éclaireur, mais il disparait mistérieusement. Nova et Brent sortent de la zone interdite, et se dirigent vers le territoire des singes. Là, le jeune lieutenant découvre une civilisation qui réduit les humains en esclavage. Il surprend le discours du général Gorille Ursus, qui veut partir à la conquête de la zone interdite et d'exterminer les humains pouvant s'y trouver. Décidant alors de s'éloigner le plus possible du danger, Taylor et Nova sont pris en chasse par les singes. Ils parviennent à se réfugier dans une grotte, qui se révèle en fait être une station de métro New-Yorkaise. Brent comprend alors qu'il se trouve sur la planète Terre, des milliers d'annèes après son départ. Jouant son va-tout, il part explorer les tunnels du métro, et découvre une nouvelle civilisation d'Humains télépathes, qui tentent de le manipuler. Ces Humains se révèlent être des mutants, irradiés par les retombées radio-actives d'une guerre nucléaire, qui vouent un culte religieux à une bombe atomique. Se révélant inutile, Brent est enfermé dans la même cellule que Taylor. Parvenant à s'échapper au moment où l'armée Simiesque attaque les humains, Nova est tuée par une balle perdue. Taylor et Brent se retrouvent pris au piège entre deux feux. Brent est tué au terme d'une rude résistance, et Taylor, blessé, parvient à activer la bombe atomique, préférant détruire ce monde de haine.

Mon avis : Une très bonne suite au premier film, qui souffre néanmoins d'effets spéciaux vraiment atroces par moments (notamment les incrustations de flammes), et de costumes-pyjamas dégueulasses pour les Humains-Télépathes. Cela dit, l'ambiance qui faisait la force du premier film est toujours au rendez-vous. A cela s'ajoute une espèce d'ésotérisme étrange, porté par les adorateurs de la bombe atomique. Sous couvert de science-fiction, ce second film se veut aussi une critique de notre société dans son ensemble, surtout si l'on replace l'intrigue dans le contexte historique de sa réalisation (la guerre froide) : deux espèces (qui moralement se valent largement puisqu'elles veulent toutes deux dominer les Humains plus faibles) qui tentent de s'entre-tuer, aveuglées par une haine illogique vieille de plusieurs siècles. Le scénario est plutôt étoffé et comprend son lot de rebondissements, au point qu'il est impossible de s'ennuyer une seule seconde. Les masques des singes sont toujours aussi épatants, alors que, chose étrange, les maquillages des Mutants m'ont paru vraiment mal faits. Mais dans son ensemble, il n'y a pas à chipoter, le Secret de la Planète des Singes est à voir, si l'on a aimé le premier film.

Les évadés de la planète des singes

Les Evadés de la Planète des Singes (Escape from the Planet of the Apes - 1971)

Le scénario (SPOILERS) : 1973. Un vaisseau s'écrase sur les côtes américaines. A la stupeur des militaires qui ont pu l'araisonner, 3 singes sortent de la navette : Zira, Cornélius, et le Dr Milo. Ils sont immédiatement mis au secret par les autorités, et enfermés dans un zoo, cachant qu'ils savent parler et penser. N'y tenant plus, Zira révèle le pot-aux-roses au Dr Dixon, vétérinaire. Peu après, le Dr Milo est tué par un gorille du zoo. Zira et Cornélius sont alors emmenés dans une base militaire, où ils sont interrogés. Ils révèlent venir du futur de la Terre, qu'ils ont fui alors que celle-ci était sur le point d'exploser suite à la réaction en chaîne entraînée par l'explosion de la bombe atomique activée par Taylor. Le Dr Hasslein pense voir en ces deux voyageurs, la fin de l'humanité après que Cornélius lui ait un peu trop révélé de choses sur le futur. Passant devant une comission politico-judiciaire, Zira et Cornélius sont jugés aptes à pouvoir être libérés, mais le plus souvent possible accompagnés du Dr Dixon. Là, ils découvrent le monde tel qu'il était, des millénaires avant leur naissance. Le Dr Hosslein profite du goût de Zira pour le champagne pour la soûler et lui soutirer des informations, comme par exemple, le fait qu'elle est enceinte, et que dans l'avenir, les singes domineront les humains. Il est alors décidé de tout faire pour que le nouveau né ne survive pas, et que les parents soient au moins rendus stériles. Parvenant à s'échapper de la base militaire où ils étaient retenus prisonniers, Zira et Cornélius se réfugient, grâce à l'aide du Dr Dixon, dans un cirque, tenu par Armando, alors que Zira met au monde le petit César. Ne pouvant rester trop longtemps sur place, ils continuent à fuir et prennent un peu de repos à bord d'un bateau désafecté. Mais Hosslein est sur leurs traces, et les retrouve. Alors que les forces de l'ordre abattent Cornélius et Zira, Hosslein tue le bébé singe que les fugitifs tentaient de sauver. Mais "heureusement", celui-ci était un leurre. Le véritable César se trouvait dans le cirque d'Armando. Et il sait déjà parler.

Mon avis : Vouloir donner pour décor la Terre de "notre époque" était un pari risqué, car aujourd'hui, le style années 70 fait mal. La réalisation a pris un sacré coup de vieux, même si elle reste dynamique. On retrouve Jerry Goldsmith pour la musique, qui reprend d'une belle manière les thèmse chers aux deux premiers films, son talent faisant le reste, on a ici droit à mon avis, à la plus belle OST de cette saga. Encore une fois, les masques sont ahurissants, même aujourd'hui. Par contre, le faux gorille du zoo qui tue le Dr Milo est juste risible (et encore je suis gentil). Au niveau du scénario, il est intéressant d'inverser les rôles et de mettre 3 singes au milieu d'Humains. Ces derniers se révèlent aussi ignobles que les Singes du futur, ce qui donne une critique assez cuisante de notre société. On pourrait presque voir une certaine symétrie entre ce film là et le tout premier. Au final, ce 3é volet souffre principalement de son aspect vintage, mais se laisse suivre avec intérêt. La toute dernière scène avec César, outre son impact émotionnel, est un énorme clin d'oeil au premier film, et ça c'est bon !

La conquête de la Plnète des Singes

La Conquête de la Planète des Singes (Conquest of the Planet of the Apes - 1972)

A venir...

 

 

 

 

 

 

 

 

________________
Par Benben


Il y a 0 commentaires...


Poster un commentaire...

Recopiez le code suivant :
image-cryptoimage-crypto
Votre pseudo :
Votre commentaire :